Frenchvanitytribune

Le Bœuf Tricolore, de la viande française en toute franchise

Publié le 13/02/2018
Gauthier Kerros


Lancé en 2016, le Bœuf tricolore est la seule enseigne de boucherie en franchise. Grâce au savoir-faire de son fondateur, Jean-Jacques Pineau, boucher de métier, elle propose une viande 100% française à prix juste, dans le respect du producteur comme du consommateur.

A l'origine des boucheries du Bœuf Tricolore se trouve un homme : Jean-Jacques Pineau, boucher depuis 36 ans, et fondateur de la Boucherie de Bourgogne, l’une des plus importantes boucheries traditionnelles d’Auxerre.

Ce meilleur apprenti de France a toujours eu à cœur de défendre la viande de tradition française. Son idée ? Offrir au plus grand nombre des produits carnés de qualité, à petits prix, en entretenant des relations privilégiées avec des éleveurs partenaires.

En 2003 naissait ainsi la première boucherie du groupement : la Ferme de Bourgogne. En 2009, face au succès remporté par son concept, Jean-Jacques Pineau essaime l'Yonne et le Loiret puis l’Ile de France et sa grande couronne.

D'autres bouchers indépendants souhaitent alors rejoindre le groupement et l'idée de la création d'une licence de marque de boucheries 100 % françaises à petits prix fait son chemin...

Finalement, la franchise est lancée en 2016. « Je suis convaincu que la création de cette enseigne est une véritable révolution dans la distribution de la viande en France. Si j’ai créé ce concept c’est pour que les consommateurs puissent avoir un point de repère. Le Bœuf Tricolore doit devenir la référence. Je suis certain qu’il est possible de vendre de la viande française à des prix acceptables », déclare Jean-Jacques Pineau.

En supprimant les intermédiaires, en préparant la viande au sein même des boutiques, en sélectionnant avec soin les viandes, le Bœuf Tricolore arrive à proposer des prix justes en préservant la qualité. Par exemple, pour le bœuf, l’enseigne ne commercialise que des races à viande (Limousine, Charolaise, Blonde d’Aquitaine…).

À l’inverse de la grande distribution, ce sont les éleveurs qui fixent eux-mêmes le prix du kilo. Ils ne vendent ainsi pas à perte. Cette relation gagnant-gagnant permet aux éleveurs de vivre décemment du fruit de leur travail.

En moins de deux ans, le réseau compte déjà 24 boutiques sur tout le territoire (dont 14 sont des franchises). Et ce n’est pas tout. Au moins trois autres boucheries verront le jour au premier semestre 2018 (Vannes, Mérignac, Royan…).