Frenchvanitytribune

Avec Carambar & Co, Eurazeo veut réveiller la confiserie française

Publié le 03/05/2017
Gauthier Kerros


Carambar, Poulain, Krema, La Pie qui Chante, Malabar… repassent sous pavillon tricolore. La société d’investissement française Eurazeo vient de finaliser l’acquisition d’un portefeuille de marques de confiserie historiques auprès du géant de l’agroalimentaire Mondelez.

Entamée en mars 2016, Eurazeo vient de finaliser l’acquisition de douze marques emblématique du secteur de la confiserie et du chocolat, toutes rassemblées au sein d’un nouveau groupe autonome, Carambar Poulain Krema (CPK), et sa filiale opérationnelle Carambar & Co.

Pour plus de 200 millions d’euros, le fond d’investissement français vient ainsi de mettre la main sur un portefeuille de marques en pleine propriété (Carambar, Poulain, Krema, La Pie Qui Chante), en licences (Pastilles Vichy, Rochers Suchard, Malabar), ainsi que cinq sites de production en France (Blois, Marcq-en-Baroeul, Saint-Genest, Strasbourg et Vichy) et ses 900 salariés.

Eurazeo a de grandes ambitions pour CPK. L’objectif est de porter son chiffre d’affaires  à 250 millions d’euros (+20%) d’ici à cinq ans, grâce à des gains de part de marché.

Pour y parvenir, un plan d’investissement de 35 millions d’euros sera consacré à la modernisation des cinq usines du groupe. A terme, CPK doit devenir complètement autonome et produire en France l’intégralité de ses confiseries et chocolats d’ici 2020.

« Le made in France dans l’agroalimentaire a une valeur reconnue. Il fera la différence, en particulier dans l’univers du chocolat, où nos compétiteurs sont étrangers, et à l’export sur les marchés asiatiques », estime Eric Schaefer, directeur d’Eurazeo Capital.

CPK compte également multiplier par trois le budget alloué au marketing pour le porter à presque 20 millions d’euros par an. Mises en sommeil par ses anciens propriétaires, « les marques Carambar, Kréma, Suchard ou Poulain n’ont en effet que très peu évolué ces quinze dernières années. Or le marché réagit, lui, essentiellement à la nouveauté », explique Eric Schaefer.

De quoi en faire de Carambar & Co un champion du secteur, Haribo est prévenu. Et ce n’est pas une blague.