Frenchvanitytribune

Early Metrics passe au crible les startups

Publié le 20/09/2016
Gauthier Kerros


A l’heure où certaine Licornes vacillent, les investisseurs se montrent plus prudents. Early Metrics, jeune agence de notation française, propose une évaluation objective du potentiel des startups, quel que soit le secteur.

Fournir aux investisseurs un instrument pour investir de manière sereine, donner aux startups une analyse gratuite de leur business model et les aider à trouver des financements : tels sont les objectifs d’Early Metrics.

Lancée en septembre 2014 par Antoine Baschiera (24 ans, AgroParisTech) et Sébastien Paillet (26 ans, IAE Lyon, DSCG), Early Metrics se positionne comme la première agence de notation de startups.

Il ne s’agit toutefois pas d’une agence de notation comme les autres. Elle ne se fait pas rémunérer par les sociétés qu’elle note, contrairement aux agences comme Standard & Poor’s, Fitch ou Moody’s.

La startup se présente comme « un tiers de confiance qui se situe entre les startups et les investisseurs, pour mieux les guider dans leurs choix d’investissements », explique Antoine Baschiera.

Son système de notation se fonde sur un algorithme créé en interne prenant en compte une cinquantaine de critères. Ils portent à la fois sur la qualité du management de la start-up (maîtrise technique, motivation financière des dirigeants, complémentarité des compétences, etc.), sur le projet et la technologie (capacité d’exécution, faisabilité économique, etc.) et sur l’écosystème de la start-up (profondeur du marché, analyse concurrentielle, analyse de la réglementation, etc.).

Une bonne note se situe aux alentours de 70 sur 100. Cela veut dire que l’entreprise dispose de bonnes perspectives de développement.

« Depuis notre création il y a presque deux ans, nous avons déjà noté 600 sociétés et nous travaillons pour une centaine de clients dont la moitié d’investisseurs en capital et la moitié de grands groupes comme LVMH, Airbus, Renault, etc. », déclare Antoine Baschiera.

Passée de deux salariés à une vingtaine en un an et demi, Early Metrics note près d’une soixantaine de nouvelles start-up tous les mois. Pour devenir la référence de la notation des startups, Early Metrics s’internationalise.

L’agence a déjà ouvert un bureau à Londres et développe des collaborations dans d’autres pays comme Israël ou la Suisse. Aujourd’hui, près de 30 % des sociétés notées sont étrangères.