Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Frenchvanitytribune

Decayeux révolutionne la boîte aux lettres… depuis 1872

Publié le 26/02/2018
Gauthier Kerros


S’appuyer sur la tradition et le savoir-faire industriel, innover avec les technologies les plus récentes, telles sont les clés du succès du groupe Decayeux, le leader européen de la boîte aux lettres. Pour preuve, l’entreprise picarde vient de recevoir un « Innovation Awards » au CES de Las Vegas.

Decayeux, c’est sans nul doute l’un des groupes emblématiques du Vimeu, ce territoire coincé entre Amiens et le littoral picard. Fort de 145 ans de savoir-faire, ses 700 salariés et 72 millions d’euros de chiffre d’affaires, Decayeux regroupe aujourd’hui une dizaine de filiales, en France et à l’étranger, autour de quatre métiers principaux : le courrier, la sécurité, la serrurerie et la signalétique.

Somme toute, fabriquer une boîte aux lettres est plutôt basique. Les plaques d’acier sont pliées, poinçonnées et assemblées pour former un cube. Le tout est ensuite peint puis équipé d’une serrure. Chaque année, le groupe en produit 1,2 million d'unités.

Se diversifier et innover pour rester leader

Pour résister à la concurrence, Decayeux fait le choix de la diversification. Dans les années 1980, l’entreprise s’attaque au marché des portes blindées, et mène une série d’opérations de croissance externe en Slovénie, au Maroc, en Roumanie... En 2007, Decayeux fait l’acquisition du leader polonais de la production de verrou. La même année, elle rachète Brabantia, le leader hollandais des boîtes aux lettres, puis, en 2012, elle met la main sur l'allemand Ju, numéro deux du secteur outre-Rhin.

Le groupe mise également sur l’esthétique de ses produits. De nouveaux concepts sont mis au point en collaboration avec des grands noms du design et de l’architecture comme Jean Nouvel. Si la gamme standard compte moins d’une dizaine de couleurs, Decayeux a développé des process d’impression numérique pour personnaliser ses produits.

Enfin, pour contrer l’effondrement du marché du courrier, Decayeux a pris le train du e-commerce. « D’une société de l’objet, nous sommes entrés dans une société de l’usage, comme en témoigne le succès d’entreprises comme Blablacar. Cela va nous contraindre à changer de business model et à développer de nouveaux services inconnus jusqu’à présent », témoignent Stéphane et Antoine Decayeux, les deux frères aujourd'hui à la tête de l'entreprise familiale

MyColisBox, la boîte aux lettres 2.0

Le groupe a ainsi consacré 600.00 euros à la mise au point d’une conciergerie et d’une boîte aux lettres connectées et sécurisée, baptisée MyColisBox. Cette boîte aux lettres 2.0 a même été récompensée d’un « CES Innovation Honorees Award 2018 » à Las Vegas !


Avec la hausse des volumes de colis et des clients qui exigent des livraisons toujours plus rapides, l’entreprise compte capter 20 % du marché du marché français d’ici cinq ans.

Et le groupe picard se sent pousser des ailes. Pour développer à grande échelle son produit connecté, Nicolas Decayeux, ancien PDG du groupe et frère de Stéphane et Antoine,  a repris l’usine de Whirlpool d'Amiens, dont la fermeture doit intervenir en juin 2018.