Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Frenchvanitytribune

La Bataille de la Somme, carnage oublié de la Grande Guerre

Publié le 24/09/2017
Gauthier Kerros


La bataille de la Somme, l’offensive franco-britannique qui devait briser un front qui n’avait pas bougé depuis 1914, a duré à peine cinq mois, du 1er juillet au 18 novembre 1916. C’est pourtant la bataille la plus meurtrière de toute l’histoire.

Pour soulager Verdun, Joffre décide de mettre en œuvre la grande offensive de la Somme, un plan de bataille prévu de longue date destiné à épuiser les armées allemandes et à enfoncer le front ennemi.

Compte-tenu des pertes considérables que les forces françaises ont subies à Verdun, les soldats du Commonwealth fournissent le plus gros des troupes.

Venus d’Angleterre, d’Ecosse, d’Irlande, du Pays de Galles mais aussi d’Australie, de Nouvelle-Zélande, du Canada, d’Afrique du Sud, ils vont mourir par centaines de milliers.

Le front s’étend de Gommecourt à Fouquescourt sur une quarantaine de kilomètres. Au nord, jusqu’à Maricourt, la 4ème armée du général Rolinson aligne 26 divisions. Au sud, les 14 divisions de la 6ème armée française s’apprêtent à monter à l’assaut. C’est le premier engagement de très grande ampleur des troupes britanniques dans la guerre.

Pour préparer l’offensive, Britanniques et Français ont pilonné l’ennemi pendant 7 jours. Une semaine pendant laquelle, les canons alliés vont cracher leur déluge de feu et d’acier.

L’heure de l’offensive a été fixée au 1er juillet à 7h30 du matin. Les soldats ne semblent pas particulièrement inquiets. Ils sont persuadés que l’artillerie a fait l’essentiel du travail. 10 minutes avant de monter à l’assaut, des sapeurs écossais font sauter d’énormes mines souterraines en plusieurs endroits pour briser la ligne allemande.

7 heures 30. C’est l’heure d’y aller. Il ne faut pas se poser de question. Les soldats franchissent le parapet. Les pertes sont considérables.

Durant plus de quatre mois, la Somme est devenu un enfer. Les pluies ont transformé le champ de bataille en un immense bourbier.

Au final, pour quelques kilomètres, plus de 200.000 soldats français, 420.000 britanniques et 650.000 allemands ont été tués, blessés ou ont été portés disparus dans la Somme.