Frenchvanitytribune

Napoléon, icône impériale

Publié le 13/09/2018
Gauthier Kerros


L’exposition « Napoléon. Images de la légende » restitue l’ambiance d’une époque à la fois brillante et complexe et montre comment, très tôt, Napoléon a souhaité écrire lui-même sa légende.  Pas moins de 161 œuvres issues des collections du château  de Versailles, mais rarement présentées au public,  à découvrir au Musée des beaux-arts d’Arras jusqu’au 4 novembre 2018.

Après les expositions « Roulez carrosses » et « Le château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre », le partenariat « Versailles à Arras » met en lumière l’une des personnalités françaises les plus célèbres dans le monde : Napoléon. 

À cette occasion, le château de Versailles dévoile une de ses facettes la moins connue, celle du musée de l’histoire de France. Inauguré en 1837 par Louis-Philippe, le tiers des espaces sont alors consacrés à l’Empereur. Méprisé par les monarchistes et par les républicains, le « roi des Français » devait compter sur les bonapartistes afin d’asseoir sa légitimité… C’est pour cette raison que la « demeure des rois » abrite l’une des plus importantes collections au monde sur Napoléon Ier. 161 œuvres de ce fonds méconnu sont exceptionnellement rassemblées pour l’exposition « Napoléon. Images de la légende » qui se tient Musée des beaux-arts d’Arras jusqu’au 4 novembre prochain.

Stratège, excessif, pugnace, séducteur, courageux, obstiné, chef de clan, implacable, curieux, le grand homme ne laisse personne indifférent. Sa silhouette, son costume et ses attitudes sont ancrées dans notre imaginaire collectif.

De la Révolution aux campagnes d’Egypte ou d’Italie, du Sacre au Camp de Boulogne, de la vie paisible à Trianon jusqu’à la débâcle de Russie, de la conquête à l’exil, de l’histoire à la légende, l’exposition suit un découpage chronologique. Elle regroupe des tableaux des peintres les plus représentatifs de l’Empire (François Gérard, Antoine-Jean Gros, Robert Lefèvre, Louis-François Lejeune…) et présente les œuvres emblématiques de cette période : « Bonaparte franchissant le Grand Saint Bernard » de Jacques-Louis David ; « Le Général Bonaparte à Arcole » d’Antoine-Jean Gros ; « La Bataille des Pyramides » de Louis-François Lejeune…

L’exposition restitue également l’ambiance d’une époque à la fois brillante et complexe, à travers l’évocation du proche entourage de l’Empereur ainsi que de toute la société parisienne et internationale d’alors. Peintures, sculptures, mobilier révèlent la richesse et la qualité de la production artistique sous le Ier Empire. 

Les meubles et objets d’art présentés sont une sélection d’objets, représentatifs du style Empire, conçus principalement par le grand ébéniste de l’Empire Jacob-Desmalter, pour le Grand Trianon ainsi que pour les Palais des Tuileries, de Compiègne ou de l’Elysée.

Le parcours « Napoléon et son image », fil rouge au sein de l’exposition, montre surtout comment, très tôt, Napoléon a souhaité écrire lui-même sa légende pour la transmettre à la postérité grâce aux nombreuses œuvres, commandées de son vivant et qui ont participé à l’édification de sa légende. « Les images ne viennent pas s’aligner comme des illustrations en marge du fil de l’histoire. Elles en sont partie intégrante, elles surgissent comme des événements, frappent les esprits et peuvent à l’occasion orienter le cours des choses », affirme Laurent Salomé, directeur du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Napoléon, en fin stratège, savait le pouvoir des images et a, dès ses premiers faits d’armes, utilisé les arts pour figer le souvenir d’épisodes glorieux et symboliques, prenant parfois des libertés avec la vérité historique. 

C’est ce que propose cette exposition : une image complexe de la figure de Napoléon, un personnage historique, présent dans notre imaginaire collectif grâce aux nombreuses œuvres qui ont participé à créer une légende.