Frenchvanitytribune

Gabriel Folli, réécrire le passé dans le présent

Publié le 17/10/2018
Gauthier Kerros


Passionné par les archives, Gabriel Folli insuffle une nouvelle vie à de vieilles photos et entreprend une réécriture du passé dans le présent pour leur donner un fragile futur. A découvrir du 28 septembre au 17 novembre à la Galerie Provost-Hacker, 80 rue Royale à Lille.

Né en 1990, Gabriel Folli vit et travaille actuellement à Amiens, mais aussi à Bruxelles.

Très tôt il est attiré par le dessin. Au collège, il dessinait beaucoup de bandes dessinées, de mangas… Ce n’est qu’une fois ses études d’art entamée qu’il se tourne vers la peinture et surtout le dessin au fusain, à ce jour son support de prédilection.

Intéressé par les archives, le rôle des images et la représentation de la société qu’elles engendrent, Gabriel puise son inspiration dans la photographie. « Je reprends des vieilles photos familiales ou d’anonymes, chinées ou récupérées sur le net. C’est une tentative de réécriture du passé dans le présent. J’aime cette idée de réécrire une histoire, de donner une seconde vie à des documents ». Son travail met ainsi exergue l’ambiguïté des images, témoignages de poids mais fragile, d’une époque, d’une ambiance, d’un instant.

En dehors de la peinture et du dessin, Gabriel Folli cultive des projets sonores et vidéos. Il a par exemple collaboré avec le groupe amiénois Audiostone, leur démarche de réappropriation de sons (vinyles, cassettes audios…) résonnant avec sa propre démarche de réappropriation des images.