Frenchvanitytribune

Le Louvre-Lens, coup de cœur du public

Publié le 04/02/2019
Gauthier Kerros


Devenu incontournable dans le paysage muséal français, le Louvre-Lens a séduit 482.279 visiteurs en 2018, soit le troisième musée en région, derrière celui des Confluences à Lyon et le Mucem à Marseille. Sous l’impulsion de Marie Lavandier, sa directrice, le Louvre-Lens se veut un lieu d’expérimentation avec les publics au cœur de son projet. Bref, un « Louvre autrement ».

Les esprits chagrins trouveront à redire. (Trop) souvent comparé au musée Guggenheim de Bilbao, le Louvre-Lens n’a pourtant pas à rougir de sa fréquentation. En 2018, 482.759 visiteurs ont franchi le seuil du bâtiment d’acier et de verre conçu par les architectes nippons Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa alias Sanaa. En à peine six ans, le Louvre-Lens a ainsi accueilli plus de 3,5 millions de visiteurs. Il conserve cette année sa troisième place du musée le plus fréquenté en France (hors Île-de-France) après le musée des Confluences à Lyon et le Mucem à Marseille.

Lieu d’expérimentation, le Louvre-Lens voit sa politique de démocratisation récompensée. Son public se caractérise par un niveau d’étude moyen moins élevé que dans les musées en général : alors qu’ils comptent en moyenne 55% de visiteurs dont le niveau d’étude équivaut à BAC+5, ce taux est de 33% au Louvre-Lens. Les employés sont plus présents au Louvre-Lens : 1 visiteur sur 5 au Louvre-Lens contre 14% en moyenne. Les visiteurs non-habitués des musées sont également mieux représentés : 17,6% des visiteurs présentent un très faible capital muséal, contre 11,4% dans les musées en général.

Exposition phare, « Amour » a séduit 87.252 visiteurs du 26 septembre 2018 au 21 janvier 2019. C’est l’exposition la plus fréquentée depuis 2014. Avec elle, le Louvre-Lens est entré dans un nouveau cycle d’expositions temporaires. Suite aux douze premières expositions, essentiellement monographiques ou civilisationnelles, les expositions sont désormais davantage thématiques. L’exposition Amour a inauguré ce nouveau cycle en proposant d’écrire une histoire des manières d’aimer, depuis le péché originel jusqu’à la quête de liberté.

Ces expositions s’inscrivent néanmoins dans une forme de continuité avec le premier cycle, dans leur invitation permanente à explorer l’histoire de l’art et de l’humanité à travers des œuvres exceptionnelles, issues du Louvre mais aussi de musées du monde entier et de collections de la région Hauts-de-France.

Ainsi, après « Amour », le Louvre-Lens présentera de grandes expositions consacrées au monde d’Homère, à la peinture polonaise du XIXème siècle, à Picasso et son lien avec le musée du Louvre, et enfin à la couleur noire.