Adrien Belgrand, le quotidien sublimé

Adrien Belgrand, le quotidien sublimé

Publié le 19/11/2019
Gauthier Kerros


Inspiré par David Hockney, Adrien Belgrand documente le temps présent et met en lumière la poésie de notre vie contemporaine. Ses toiles nous donnent à voir des instants figés, quasi photographiques, à l’hyperréalisme troublant.

Issu d'une école de graphisme, Adrien Belgrand se consacre à la peinture à partir de 2006. Fasciné par les Etats-Unis, il s’intéresse à ses immenses zones dépeuplées comme aux rayonnages de ses supermarchés. « Peu à peu, j'ai agrandi ma focale pour aller vers le détail ». Des grands espaces à l’intime en somme.

Depuis 2013, le travail du peintre se désengage d’une certaine facture pop au profit d’une mise en scène plus étudiée, aux atours sculpturaux, souvent cinématographiques, exécutée avec une haute technicité.

Tout commence à partir de photographies personnelles qu’il retouche numériquement. S'ensuit tout un travail de recomposition et mise en matière. « Les ombres et les couleurs, c'est ce que j'aime le plus. » Il utilise la technique des glacis chère aux artistes de la Renaissance. « Je superpose parfois dix couches de peinture pour obtenir une seule couleur. »



Belgrand travaille par séries, « je conçois chaque peinture comme une réponse à celle qui précède », explique-t-il. Dans ses œuvres nous sommes toujours pris dans un instant saisissant, entre passé et présent. En partie autobiographiques, ses toiles s'inscrivent dans la tradition de la peinture narrative et d'histoire du XIXème siècle.

Bien sûr, il y a de la peinture américaine dans ses compositions géométriques, dans le traitement des sujets, l’isolement, la solitude. Ses tableaux résonnent avec l’histoire de l’art comme avec notre contemporanéité. Sous la surface de ses peintures semble bruire un récit en suspens, dans le sillage des œuvres de Edouard Hopper ou de David Hockney.

Légendes : (1) Paradis perdu,  Adrien Belgrand, 120 x 200 cm, acrylique sur toile ; (2) Le baptême, Adrien Belgrand, 130 x 162 cm, acrylique sur toile.