A la recherche des milliardaires français perdus…

A la recherche des milliardaires français perdus…

Publié le 12/03/2018
Gauthier Kerros


L'édition française du magazine américain Forbes vient de publier une liste de 39 milliardaires français… Là où le franchouillard Challenges en comptait 88 l’été dernier. Mais où sont donc passés les Mulliez, Ricard, Decaux, Michelin… ?

Si le classement publié par Forbes France ne surprend pas au premier coup d’œil, une lecture plus attentive laisse perplexe.

En tête de cette liste de 39 noms, Bernard Arnault, crédité de 60 milliards d'euros, suivi de Françoise Bettencourt-Meyers, avec 35 milliards d'euros… Rien de nouveau me direz-vous.

Ce qui est en fait le plus étonnant dans ce classement des grandes fortunes françaises made in Forbes, c’est le nombre d’oubliés… 49 précisément, si l’on s’en tient au classement de référence que publie le magazine Challenges chaque été et qui en compte 88 au total.

On pourrait se dire que Forbes privilégie les entreprises cotées. Adieu, donc, Pierre Castel, fondateur du groupe éponyme, roi de la bière en Afrique et du vin dans le monde, dont la fortune est estimée à 11,5 milliards d’euros. Au revoir aussi Benjamin de Rothschild, crédité par Challenges de 4,5 milliards d'euros. Surtout, bye bye la famille Mulliez (Auchan, Leroy Merlin, Norauto, Décathlon) et ses 30 milliards.

Quand on pense que Donald Trump figure dans le classement américain avec seulement 3,1 milliards de dollars… Bizarre bizarre.

Pourtant, des familles à la tête ou actionnaires de grands groupes, bien côtés eux, sont également absentes. Manquent à l'appel les Ricard, les Decaux, les Lescure (Seb), les Michelin, les Burelle (Plastic Omnium), les Peugeot…

Manifestement la méthodologie adoptée par Forbes en France laisse à désirer. Devant tant d’incongruités, mieux vaut donc se fier au classement que réalise chaque année Challenges, et ce depuis plus de vingt ans.