Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Frenchvanitytribune

La France déroulerait-elle (enfin) le tapis rouge aux investisseurs ?

Publié le 25/05/2017
Gauthier Kerros


Les derniers indicateurs du quinquennat Hollande sont flatteurs. Après une amélioration (relative) sur le front de l’emploi, le nombre de projets d’investissements étrangers a fait un bond de 30% entre 2015 et 2016, selon le dernier Baromètre de l’Attractivité d’EY.

Emmanuel Macron hérite d’une France qui ne se porte pas si mal. Nombreux sont les indicateurs à être dans le vert. Le taux de chômage repasse (enfin) sous la barre des 10%, la consommation des ménages est solide, le PIB continue de progresser à un rythme acceptable et il devrait s’accélérer entre avril et juin. Enfin, bonne surprise, après un tassement en 2015 l’attractivité de la France s’est améliorée en 2016.

« La France profite d’un phénomène de rattrapage après plusieurs années décevantes au cours desquelles un certain nombre de projets ont été gelés. Elle bénéficie également de la dynamique européenne. Entre 2015 et 2016, les IDE ont progressé de 15% en Europe pour s’élever à 5.845 », explique Marc Lhemitte, associé chez EY Advisory.

Selon le Baromètre de l’attractivité d’EY, le nombre de projets réalisés par des entreprises étrangères en France a fait un bond de 30% entre 2015 et 2016. Avec 779 projets, l’Hexagone conserve sa troisième place au niveau européen, derrière l’Allemagne (1.063 projets, +12%) et surtout le Royaume-Uni (1.144, +7%).

« La satisfaction à l’égard du site France retrouve son niveau d’avant-crise, notamment parce que l’écosystème entrepreneurial et la capacité d’innover de la France sont désormais davantage reconnus au niveau international », poursuit Marc Lhemitte.

Au total, ces 779 projets ont permis la création de 16.908 emplois en France. Deux secteurs tirent leur épingle du jeu : les fonctions tertiaires et commerciales ainsi que la logistique. Et l’industrie ? La France reste la première destination des IDE manufacturiers, avec 212 projets industriels (stable), loin devant le Royaume-Uni (160, -13%).

La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle est-elle de nature à transformer cette reprise en tendance lourde ? Son programme et la composition de son premier gouvernement semblent aller dans le bon sens.