Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Frenchvanitytribune

Les Français résistent encore au snacking

Publié le 28/03/2018
Gauthier Kerros


Les chiffres sont sans appel. Selon l’OCDE, les Français seraient ceux qui passent le plus de temps à table, sur 30 pays étudiés, avec un record de 2 heures et 13 minutes par jour. Mais le grignotage entre les repas gagne du terrain, à en croire les résultats de l’étude réalisée par Crédoc.

Prendre son temps à table est une tradition française, la dernière enquête publiée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) le confirme encore une fois.

Dans son indicateur du « vivre mieux », une analyse des habitudes de vie des hommes et des femmes de 15 à 64 ans, hors temps de travail, l’OCDE fait le constat suivant : avec 2 heures et 13 minutes par jour, les Français sont les champions du monde du temps passé à table à boire et manger. Devant les Italiens (2h11) et les Grecs (2h07). Plus de deux fois plus que les Américains ou les Canadiens qui ne consacrent eux, qu’une heure et quelques minutes à table.

Globalement, on constate que les pays de culture latine sont en tête alors que les pays anglo-saxons sont plutôt à la traîne. Si l’opposition pays de la gastronomie contre pays du fast food semble caricaturale, elle n’en demeure pas moins révélatrice de profonde différences culturelles.

Mais selon une étude du Crédoc pour Mondelez International, grignoter entre les repas deviendrait une habitude plus que courante chez les Français. 38 % d’entre eux déclarent consommer au moins un « hors repas » tous les jours ou presque et 35 % deux à trois fois par semaine. Des chiffres sensiblement en hausse, mais sans commune mesure avec nos cousins d’Amérique.

« Contrairement aux Anglo-Saxons, pour qui le snacking tout au long de la journée est devenu le principal mode d’alimentation, les Français ne délaissent pas pour autant les repas traditionnels à table qui sont autant de moments de convivialité », estime Thibaut de Saint Pol, sociologue à l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay et co-auteur de ce premier Observatoire du snacking.

Rappelons d’ailleurs que du point de vue sanitaire, le snacking est une bien mauvaise habitude. 35% de la population américaine est obèses, alors qu’en France, Italie, Grèce et Espagne (les quatre premiers du classement de l’OCDE), le taux est inférieur à 15%.

Bien plus qu’une question culturelle, prendre le temps de manger est primordiale sur le plan de la santé publique.