Frenchvanitytribune

Le Gang de grand-mères, gros bonnet du tricot

Publié le 15/11/2016
Gauthier Kerros


Le Gang des grands-mères a encore frappé ! Après avoir écoulé plus de 300 nœuds papillons et 600 bonnets, tous tricotés à la main, les super mamies du Gard passent à la vitesse supérieure. Avec Hugo Canusso, 27 ans, le chef de bande, elles viennent de lancer une nouvelle collection : « le Bonnet français ».

Monique, Maggy, Raymonde, Christiane, Elise, Chantal, Simone, Evelyne… C’est un gang un peu particulier qui sévit dans le sud-est de la France.

Aux Angles, juste à côté d’Avignon, une dizaine de grands-mères, âgées de 60 à 86 ans, tricotent bonnets, nœuds papillons cravates pour la startup Gang de Grand-mères.

Cette « tricotech » a été créée en 2014 par Hugo Canusso, alors âgé de 25 ans. Pendant que nos as des aiguilles réalisent bonnets et accessoires, il dessine les modèles et s’occupe des ventes.

Son objectif ? Dépoussiérer l’image un peu désuète du tricot en créant une ligne d’accessoires de mode en laine de belle qualité, colorés et plus « trendy », 100% made in France.

Mais l’essentiel n’est pas là. Le but est aussi de rompre l’isolement que subissent les personnes âgées. Réunies au sein de l’association « Les Mamies du Gang », elles touchent 10% des ventes. De quoi financer des sorties ou des soins esthétiques…

Le succès étant au rendez-vous, le Gang passe à la vitesse supérieure. La jeune marque a lancé une nouvelle collection dénommée « le Bonnet français ». Plus accessible (à partir de 35 euros), cette collection est tricotée à la machine par la Maison Bonnefoy, un atelier familiale de Saint-Etienne, puis assemblée par nos mamies.

Une aventure responsable, sociale et solidaire. On kiffe le Gang !