Frenchvanitytribune

Gang de Paris, rejoins la bande

Publié le 12/04/2018
Gauthier Kerros


Plus qu’une nouvelle « marque de t-shirts », Gang de Paris veut faire découvrir et populariser un pan oublié de l’histoire de Paris : ses bandes de voyous. A la Belle-Epoque, la capitale n’avait rien à envier au Chicago d’Al Capone… Des « Costauds de la Villette » en passant par les « Marlous de Belleville », ou les « Mohicans de Montpar », chaque quartier avait son gang ! 

Fans de Peaky Blinders ou de Gang of New York, connaissez-vous « les Gars de Charonne », « les Loups de la Butte », « les Costauds de Belleville » ou encore « les Monte-en-l’air des Batignolles » ?

Ce sont les noms que se donnaient les jeunes « délinquants » des faubourgs de Paname, le fléau des bourgeois et de la police, au tout début du XXème siècle. Considérés comme des sauvages, la presse les surnomme les « Apaches » en référence aux Indiens d’Amérique du Nord.

En 2014, quand Jérémy Tessier découvre cette sous-culture parisienne, il vient de lancer sa première marque de vêtements, « La Dix-Neuvième Planque », alors qu’il termine ses études de commerce et marketing.

Deux ans plus tard, il crée finalement « Gang de Paris ». « Je suis tombé sous le charme du Paris de la Belle Epoque, et plus particulièrement de l'univers "gangster" qui allait avec, fait d'argot, de violence et de liberté. Je me suis donc documenté, beaucoup documenté : de livres, de sites, de blogs historiques, et de récits sur cette période », explique-t-il. « Après l'échec de ma première marque de vêtements, j'ai décidé de repartir à zéro, de faire table rase ».

À travers sa griffe, Jérémy se distingue donc de ces centaines de marques que l'on voit fleurir tous les jours sur la toile. Lui fait revivre une époque avec ses clans, il dévoile leur histoire et transmet leurs valeurs : l’indépendance, la liberté et l’amitié. 

A chaque bande ses sweats brodés ou imprimés et ses t-shirts en coton bio, pour certains en édition limitée. Tout est produit dans un petit atelier près de Porto, au Portugal. Les sérigraphies sont quant à elles réalisées à Paris.

Dès le début, Jérémy a souhaité s’entourer de personnes talentueuses pour créer un vrai univers autour de Gang de Paris. Pour la Saison 1, il collabore avec Charles Addad pour les illustrations des gangs, et avec Frédéric Leschallier pour les photos. Une partie de la collection est en édition limitée et numérotée.

Et Jérémy va encore plus loin. Avec sa « Lettre du Gangster », il relate toutes les semaines des histoires, des anecdotes, des faits réels souvent méconnus sur les gangs parisiens, la Belle Époque et plus globalement sur l’univers des gangsters. Il propose également des visite-guidée du Montmartre du plaisir et du crime à travers les lieux et les anecdotes qui ont marqué l’épopée des gangsters de la Butte.