Biomodex imprime vos organes en 3D

Biomodex imprime vos organes en 3D

Publié le 24/06/2016
Gauthier Kerros


Grâce à Biomodex, les chirurgiens peuvent s’entraîner sur des maquettes d’organes imprimées en 3D avant d’opérer. Et ce nouveau marché de la simulation chirurgicale attire les investisseurs : la medtech vient de lever 3,6 millions de dollars.

Biomodex, c’est la rencontre entre Thomas Marchand (Essec) et Sidarth Radjou (Centrale). Tous les deux préparaient leur mémoire de fin d’étude sur le même sujet, l’impression 3D. Le premier étudiait les aspects marketing, l’autre les aspects scientifiques et techniques.

Leur idée consiste à utiliser l’impression 3D pour réaliser des maquettes d’organes grandeur nature pour les chirurgiens. A partir d’imageries biomédicales, grâce à des techniques de modélisation tridimensionnelle de pointe et des imprimantes 3D, Biomodex fabrique des copies fidèles d’organes qui peuvent être utilisées pour former le personnel médical.

« Nous faisons des maquettes de partie du corps en 3D pour la formation des chirurgiens qui peuvent s’entraîner dans des conditions très réalistes, poursuit Thomas Marchand, mais nous faisons aussi des pièces sur mesure, des maquettes individuelles pour que les chirurgiens s’entraînent la veille d’une opération délicate. »

Créée en janvier 2015 et basée à la fois à Paris et Boston, la medtech vient de décrocher le premier prix du French-American Entrepreneurship Award (FAEA). Il faut dire qu’une bonne fée s’est penché sur son berceau.

« Nous avons été sélectionnés par Dassault Systemes, le leader mondial de la 3D, qui a accepté de nous accélérer, raconte Thomas Marchand. Pour nous c’est une chance inouïe, nous pouvons utiliser leurs logiciels et leurs machines, et nous avons même un coach à mi-temps. Ça représente l’équivalent de plusieurs millions d’euros… »

Pour disposer d’un maximum de maquettes et se développer outre-Atlantique, Biomodex vient de lever 3,6 millions de dollars auprès de la société de capital-risque Innovation Capital, Inserm Transfert Initiative et de Kima Ventures.