Frenchvanitytribune

Biotraq, quand le big data réduit le gaspillage alimentaire

Publié le 06/02/2017
Gauthier Kerros


Grâce à ses capteurs, Biotraq surveille en permanence les conditions de transport des produits périssables, du producteur au consommateur. A la clé, une optimisation de la chaîne logistique et moins de gaspillage.

Créée fin 2013 par Laurent Rosso, Olivier Duchesne de Lamotte, et Dominique Cagnon, Biotracq a inventé le concept de « traça-qualité » des produits périssables.

Grâce aux données de capteurs connectés, ses algorithmes analysent l’impact sur les produits des conditions d’environnement dans lesquels ils se trouvent, participant ainsi à limiter le gaspillage.

Chaque année, 30% de la production alimentaire mondiale est gaspillée, ce qui représente la somme faramineuse de 1.000 milliards de dollars. Dans un quart des cas, les pertes sont dues à des défaillances logistiques.

Grâce aux différents capteurs placés sur les palettes ou les produits eux-mêmes, Biotraq détecte les chocs et les variations de température, d’hygrométrie ou encore de lumière tout au long du transport des marchandises.

« Ainsi, il est possible de déterminer à quel moment ou endroit un éventuel problème est survenu. Cela permet aussi de garantir que la qualité du produit n’a pas été altérée pendant le transport », explique Olivier Duchesne de Lamotte.

Les solutions développées par Biotraq sont destinées avant tout aux entreprises. Un accord a déjà été signé avec un grand distributeur et un groupe pharmaceutique, secteur où la conservation des marchandises tout au long de la chaine logistique est aussi un enjeu essentiel.

Incubée à Rungis&Co, la pépinière du marché de Rungis, la jeune pousse est lauréate du Prix Entreprise et Environnement du Ministère de l’environnement et du Concours French IoT 2016.

Pour entrer en phase de production industrielle, Biotraq cherche actuellement à lever entre 500.000 et 1 million d’euros.