Frenchvanitytribune

Alzohis, premier test sanguin fiable pour détecter Alzheimer

Publié le 26/10/2016
Gauthier Kerros


Issu des recherches de Romain Verpillot, le premier test sanguin fiable pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer (et d’autres maladies neurodégénératives) devrait être bientôt disponible sur prescription médicale. Un exemple encore trop rare de chercheur devenu entrepreneur.

Lors de sa thèse en chimie analytique à l’Institut Galien Paris Sud (CNRS/Université Paris-Sud), Romain Verpillot identifie une combinaison de biomarqueurs sanguins spécifiques à la maladie d’Alzheimer. Fort de sa découverte, le jeune doctorant décide de déposer un brevet plutôt que de publier sa thèse.


Pendant quatre années, grâce aux subventions reçues de la Région Île-de-France, IncubAlliance, le CNRS, Oséo, Scientipôle, et du ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, il multiplie recherches, études de marché et essais cliniques, en collaboration avec des hôpitaux français et allemands. Il intègre également le programme HEC Challenge + pour pouvoir créer sa startup dans les meilleures conditions possibles. En mars 2014, Alzohis est enfin créée.

Romain Verpillot décide alors de s’entourer. Il s’associe avec sa présidente de thèse, experte en chimie analytique, Myriam Taverna, et avec un informaticien expert en sécurité des données, Rudy Beaujean. Grâce au Réseau Entreprendre qu’il a rejoint en 2015, le chercheur-entrepreneur rencontre son troisième associé, Hervé Thiriez, un mathématicien de renom, qui lui propose d’améliorer les algorithmes de sa technologie pour affiner et rendre plus performant le diagnostic.

A ce jour, le test d’Alzohis permet non seulement de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer mais aussi d’autres maladies neurodégénératives comme Parkinson, ou encore la démence fronto-temporale. Il suffira aux laboratoires d’analyses qui réalisent déjà les dosages sanguins de se connecter à la plate-forme d’Alzohis qui traitera les données de façon mathématique.

La commercialisation des premiers tests devrait intervenir au premier semestre 2017. Le marché mondial est estimé à 20 millions de tests par an.  Pour financer cette commercialisation mondiale, la startup prévoit une première levée de fonds en 2017.