Weenat ausculte les sols

Weenat ausculte les sols

Publié le 06/06/2016
Gauthier Kerros


Après l’imagerie satellite et les drones, une autre technologie vient compléter la panoplie des agriculteurs 2.0: les capteurs connectés conçus par Weenat, une startup lilloise. Cette solution permet de prendre le pouls des cultures en temps réel et ainsi d’améliorer la gestion des cultures au quotidien.

Sans fils, robustes, autonomes et très simples d’utilisation, c’est ainsi que Jérôme Leroy, le fondateur de Weenat, qualifie ses capteurs connectés.

Un outil d’aide à la décision pour les agriculteurs

Conçus et fabriqués en France, les Weenats se plantent dans le sol comme des tuteurs et mesurent la pluviométrie, la température extérieure, l’hygrométrie, la température du sol à différentes profondeurs, mais également le potentiel hydrique des sols à 30 et 60 cm de profondeur.

Ils envoient les informations recueillies via le réseau mobile (2G et 3G) et la technologie Sigfox. Ils ne nécessitent pas de branchement et bénéficient d’une autonomie de 3 à 5 ans.

Toutes ces données sont recueillies en temps réel puis archivées grâce à l’application Web et mobile développée par la startup.

L’objectif : permettre aux agriculteurs de choisir le meilleur moment pour irriguer, traiter ou déplacer les différentes cultures selon les parcelles.

Une startup en pleine extension

Créée en 2013 à Lille, Weenat a ouvert un bureau à Nantes en 2015 et compte aujourd’hui 11 salariés.

Depuis décembre 2014, la startup a écoulé un millier de ses capteurs connectés, vendus entre 500 et 800 euros pièce, avec un abonnement compris entre 180 à 455 euros par an.

Elle équipe aujourd’hui une cinquantaine de clients en France, au Danemark et aux Pays-Bas.

Soutenu par Samsung et Bpifrance, Weenat veut se développer dans l’Europe entière et espère écouler 3.000 de ses capteurs connectés en 2016. Une levée de fonds de l’ordre d’un million d’euros est prévue d’ici la fin de l’année.