Frenchvanitytribune

Sensorwake, le réveil qui a du nez

Publié le 17/05/2016
Gauthier Kerros


Finaliste du Google Science Fair en 2014 et récompensé d’un « Honore Award » au CES de Las Vegas en janvier 2016, le réveil olfactif imaginé par le nantais Guillaume Rolland sera bientôt disponible.

La belle histoire continue pour Sensorwake ! Bricolé dans le garage de la maison familiale alors qu’il n’est encore que lycéen, le réveil olfactif conçu par Guillaume Roland a reçu près de 3.000 précommandes sur Kickstarter et sur son site internet. Il est déjà référencé chez Darty et sera disponible à partir de la fin du mois de juin, au prix de 99 euros.

Une invention auréolée de nombreuses récompenses

Il faut dire que le jeune nantais s’est rapidement fait remarquer. À seulement 17 ans, il est sélectionné par le concours Google Science Fair 2014. En janvier 206, il remporte un « Honore Award » au CES de Las Vegas, puis trois prix à la foire de Paris au début du mois de mai : prix Entreprise, premier Prix Agro et une Médaille d’Or du Concours Lépine (pour la deuxième fois).

Le principe de ce réveil est simple. « On a une capsule que l’on va mettre dans la fente, un peu comme une machine à café. On sélectionne son odeur, et le matin, on va avoir un flux d’air qui va pousser l’arôme et pouvoir réveiller en deux minutes grâce à l’arôme qui est très concentré et stimulant », explique Guillaume Rolland. Au cas où, une alarme sonore se met en route au bout de 3 minutes pour être sûre que vous vous réveillez.

Sensorwake propose sept odeurs différentes : croissant, café, pain grillé, chocolat, menthe poivrée, herbe coupée et bord de mer. 100% recyclable, une capsule dure 30 réveils et coûte 4,95 euros. Les parfums sont extraits à sec des capsules. Aucune chaleur n’est produite, aucune altération n’est portée sur les molécules parfumées. Réalisées par Givaudan,  les parfums sont produits en France et respectent les normes de qualité de l’air les plus strictes (REACH, CARB, IFRA).

1 million d’euros pour accélérer son développement

Pour lancer sa start-up, Guillaume Roland s’est associé à Ivan Skybyk (Ecole des Mines d’Alès et MBA de la  Sawyer Business School de Boston), de dix ans son aîné et qui s’est spécialisé dans le business développement et le marketing stratégique au sein du groupe BTP Onduline.

Pour accélérer la production et accompagner la commercialisation de son réveil olfactif, la startup nantaise est en train de boucler une levée de fonds d’un million d’euros auprès d’un fonds d’investissement français et des business angels européens.

Sensorwake compte tripler ses ventes en 2016 et atteindre un chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Disponible en France en juin, il s’agit maintenant de commercialiser le réveil à grande échelle. Notamment vers l’Europe et les Etats-Unis à l’horizon 2017.