Comwatt, pionnière de l'énergie "potagère"

Comwatt, pionnière de l'énergie "potagère"

Publié le 05/05/2016
Gauthier Kerros


Née à Montpellier en 2013, l’entreprise veut rendre chaque maison productrice de sa propre énergie, pour un prix moins élevé que celui du réseau, grâce à « Indepbox ». Ce boîtier permet de synchroniser les consommations électriques du foyer avec la production des panneaux photovoltaïques dont ils sont équipés.

Tropisme pro-nucléaire oblige, l’énergie solaire a du mal à s’imposer en France. Trop chère, pas assez productive pour couvrir tous les besoins… Les idées reçues perdurent. « Or, le transport de l’énergie représente environ 50 % du prix payé par les consommateurs. Il serait beaucoup plus logique de consommer et produire l’énergie localement », explique Grégory Lamotte, PDG fondateur de Comwatt.

Le réel inconvénient de l’énergie solaire est que ses pics de production ne coïncident pas avec les pics de consommation. « Les panneaux solaires ont un rendement maximum l’après-midi, lorsque les gens sont au travail, et arrêtent de produire de l’énergie à 19 h, au moment les foyers en ont le plus besoin. » Et le coût des moyens de stockage classiques comme les batteries sont très chers.

Pour remédier à ce problème, Comwatt a mis au point l’Indepbox. Dans sa version « power », ce système permet de faire coïncider la consommation électrique des foyers avec la production d’énergie renouvelable.

Concrètement, le boitier connecté affecte en temps réel l’électricité produite par les panneaux solaires d’un foyer au fonctionnement d’appareils énergivores (cumulus, lave-vaisselle, lave-linge…). Lorsque production photovoltaïque n’est plus suffisante, le réseau électrique prend le relais.


L’autoconsommation via le système proposé par Comwatt permettrait de réduire jusqu’à 70 % les factures des consommateurs et d’intégrer 70% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique d’un quartier, d’une région, d’un pays.

Utopiste ? Rien n’est moins sûr. L’ADEME a déjà démontré que si la moitié des toitures de l’hexagone étaient équipés de panneaux solaires, cela couvrirait 100% de la consommation française d’électricité. Surtout, l’environnement économique et législatif devrait favoriser l’autoconsommation dans les années à venir. Fin du tarif préférentiel d’achat, baisse du coût des panneaux, augmentation de la capacité de production…l’autoconsommation pourrait s’imposait d’ici dix ans.

Si certains sont sceptiques, la startup montpelliéraine a convaincu Quadran, troisième producteur de solaire en France, entré à son capital dès 2014. Elle est également soutenue par le ministère de la Recherche et BpiFrance.

mentation de la capacité de production…l’autoconsommation pourrait s’imposait d’ici dix ans.

 certains sont sceptiques, la startup montpelliéraine a convaincu Quadran, troisième producteur de solaire en France, entré à son capital dès 2014. Elle est également soutenue par le ministère de la Recherche et BpiFrance.