Frenchvanitytribune

MDoloris mesure la douleur sans mal

Publié le 11/10/2017
Gauthier Kerros


Après avoir levé 3 millions d’euros en février 2016, la startup lilloise compte bien atteindre son objectif : conquérir le monde et devenir la référence internationale dans l’évaluation de la douleur.

Créé en 2010, MDoloris Medical Systems est l’acteur d’une véritable révolution médicale. Cette « medtech » est en effet le premier acteur mondial à pouvoir fournir aux praticiens hospitaliers des dispositifs de mesure continu et non invasif de la douleur. L’analgésie était jusqu’alors le dernier paramètre non mesuré de manière objective.

Issue de 23 années de recherche au sein du CHRU de Lille, la technologie valorisée par MDoloris permet au clinicien d’objectiver la douleur que ressent son patient et donc d’administrer la quantité d’antidouleurs adéquate. 

Cela prend tout son sens lorsque les patients sont dans l’incapacité d’exprimer leur douleur, qu’ils soient inconscients ou non : sous anesthésie générale, patients inconscients en réanimation, mais également les enfants, les patients atteints de démence, Alzheimer etc…

La startup propose actuellement trois dispositifs médicaux, tous fabriqués à Loos. Un premier pour adulte et les enfants, un autre pour les nouveau-nés, et enfin, face au grand intérêt manifesté par la communauté vétérinaire, un dispositif adapté aux animaux (chats, chiens, chevaux).

A ce jour, la medtech est présente dans 58 pays et plus de 300 hôpitaux universitaires de renom à travers le monde et l’export représente 90% du chiffre d’affaires. Après avoir obtenu l’autorisation de mise sur le marché aux États-Unis l’an dernier, MDoloris prévoit de s’implanter prochainement au Japon, au Brésil et en Chine. 

Ce développement commercial ambitieux est rendu possible grâce aux 4,1 millions d’euros levés auprès de Siparex Proximité Innovation et Finovam en 2014 (1,1 million d’euros) et 2016 (3 millions d’euros).

Objet de presque une centaine de publications internationales, la startup ne se repose pas pour autant sur ses lauriers. L’équipe de Fabien Pagniez travaille actuellement sur un quatrième dispositif médical dédié à la souffrance fœtale.